The Rook de Daniel O’Malley

En quelques phrases :

Grâce à une longue lettre retrouvée au fond de sa poche, une jeune femme comprend en partie pourquoi elle s’est réveillée stupéfaite dans un parc, entourée de corps étrangement inertes et gantés jusqu’aux coudes. Drôle d’amnésie que la sienne, puisqu’elle a l’impression d’être « neuve ». Qui était cette Myfanwy Thomas qui a signé la lettre ? Dans quel dangereux métier s’était-elle lancée pour savoir qu’il lui arriverait malheur et qu’elle, la nouvelle Myfanwy, prendrait le contrôle de ce corps ? Ajoutez à ce mystère initial une bonne dose d’humour, de fantastique et de psychologie surhumaine et vous obtiendrez un livre génial, déjanté et ô combien intelligent où les services secrets de l’étrange sont calqués sur un échiquier surnaturel !

The Rook

Mes impressions à la lecture : 

Dès les premières lignes, on est accro. La lettre de Myfanwy nous happe en même temps que la malheureuse amnésique : quel drôle d’intrigue, et quel style ! Et vous savez quoi ? Ça ne va heureusement pas s’arrêter là, c’est bien simple j’ai dévoré ce bouquin en trois bouchées (jours) tellement j’étais addict à l’intrigue et à l’humour. Vous aimez le suspense et les rebondissements ? N’hésitez pas une seconde, lisez-le. Pour ce que ça vaut, ça m’a fait penser à l’univers tout aussi génial et décalé de Jasper Fforde, le créateur de l’héroïne Thursday Next.

L’extrait pour vous convaincre :

Les toutes premières lignes du roman que vous pouvez retrouver sur le site de l’éditeur Super 8

Chère Toi,

Le corps que tu habites actuellement m’appartenait. La cicatrice à l’intérieur de la cuisse gauche provient d’une chute que j’ai faite à l’âge de 9 ans quand je me suis transpercé la jambe en tombant d’un arbre. Le plombage de la molaire supérieure gauche est dû au fait que j’ai repoussé une visite chez le dentiste pendant quatre ans. Mais tu n’as sans doute pas grand-chose à faire du passé de ce corps. Après tout, je t’écris cette lettre pour que tu la lises dans le futur. Tu te demandes peut-être pourquoi quiconque ferait une chose pareille. La réponse est à la fois simple et compliquée. La version simple est que je savais que ce serait nécessaire.

La version compliquée risquerait de prendre un peu plus de temps.

Connais-tu le nom du corps dans lequel tu te trouves?? Son nom est Myfanwy. Myfanwy Alice Thomas. Je pourrais te dire que c’est mon nom mais, comme désormais ce corps t’appartient, j’imagine que tu vas l’utiliser. Les gens ont tendance à l’esquinter, mais j’aimerais bien que toi, au moins, tu saches le prononcer correctement. Je ne respecte pas la prononciation galloise traditionnelle, le w est donc muet et le f dur. Ça donne : Miff-un-ee. Facile. D’ailleurs, maintenant que j’y pense, ça rime avec Tiffany.

Avant de te raconter toute l’histoire, il y a plusieurs choses que tu dois savoir. D’abord, tu es mortellement allergique aux piqûres d’abeille. Si tu te fais piquer et que tu n’agis pas rapidement, tu mourras. J’ai toujours des injecteurs d’éphédrine sur moi, donc vérifie bien que tu les as toujours avec toi avant d’en avoir besoin. Il y en a normalement un dans mon sac à main, un dans la boîte à gants de la voiture, et dans quasiment toutes les vestes désormais en ta possession. Si tu te fais piquer, retire le capuchon, plante l’embout dans ta cuisse et injecte-toi le liquide. Ça devrait aller. Enfin, tu vas en chier, mais au moins tu ne mourras pas.

À part ça, tu n’as aucune restriction alimentaire, pas d’autre allergie, et tu es en assez bonne forme. Il y a des antécédents de cancer du côlon dans ma famille, je te conseille donc de consulter régulièrement, mais rien ne s’est déclaré jusqu’à présent. Ah?! et tu tiens très mal l’alcool. Mais tu n’as sans doute pas besoin de savoir ça pour le moment. Tu as d’autres sujets de préoccupation bien plus importants.

J’espère que tu trouveras sur toi mon portefeuille avec toutes les petites cartes magnétiques absolument nécessaires pour survivre dans notre monde électronique : permis de conduire, cartes de crédit, carte de Sécurité sociale, carte de bibliothèque. Toutes sont au nom de Myfanwy Thomas à l’exception de trois d’entre elles. Ces trois cartes sont, à l’heure actuelle, les plus importantes. Tu les trouveras glissées au milieu des autres : une carte de retrait, une carte de crédit et un permis de conduire au nom d’Anne Ryan, nom qui ne sera pas relié à toi. Le code pour chacune d’elles est 230500. C’est la date de mon anniversaire, suivie de ton âge. Car tu es une nouveau-née?! Je te conseille de retirer immédiatement de l’argent sur le compte d’Anne Ryan, de te rendre dans un hôtel et de prendre une chambre à son nom.

Si tu lis ces lignes, c’est que tu as survécu à plusieurs menaces immédiates. Pourtant, tu es en danger. Le simple fait d’être moi ne signifie pas que tu es en sécurité. En plus de ce corps, tu as hérité d’un certain nombre de problèmes et de responsabilités. Va te mettre en lieu sûr et ouvre la deuxième enveloppe.

Bien à toi,

Moi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s