Et je danse, aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Un beau jour, Pierre-Marie Sotto, écrivain renommé – monsieur s’est quand même vu distinguer par le Goncourt – reçoit par la poste une volumineuse enveloppe. Il répond par e-mail à son expéditrice en la remerciant de son envoi mais en expliquant qu’il ne lit pas les épreuves d’aspirants écrivains : c’est le travail des éditeurs. Adeline Parmelan lui répond qu’il ne s’agit pas d’un roman et qu’il devrait conserver l’enveloppe, à défaut d’avoir la curiosité de l’ouvrir. Pour ajouter au mystère, elle lui joint une photographie qu’il feint de ne pas reconnaître.

Mais que ces échanges sont joyeux : lui, l’écrivain sans inspiration, la soixantaine, reclus dans sa grande maison vide dans la Drôme, ses grands enfants partis, sa femme, Véra, évanouie dans la nature ; elle, la mystérieuse lectrice qui tourne une page de sa vie et raconte ses déboires à son auteur favori, ses rondeurs, ses loupés sentimentaux. Leur correspondance commence à s’installer durablement, mais Pierre-Marie aimerait bien savoir ce que lui cache Adeline. Il écrit à ses amis Manceaux qui pourraient peut-être enquêter pour lui. Josy et Max partagent la même boîte e-mail, la même maison, un amour qui a apparemment su résister au temps… mais leurs personnalités sont loin d’être similaires.

Notre écrivain parano risque bien de mettre les pieds dans le plat en les mêlant à ses histoires de femme disparue et de correspondante virtuelle. A moins que cela n’engendre d’autres péripéties !

Et je danse, aussi

Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse.
Ce livre va vous donner envie d’aimer.
Et de danser, aussi !

Oui bon, chère quatrième de couverture, on va pas déconner non plus : le schnaps ça ne me tente vraiment pas, pour le reste merci je me débrouille.

Sans être le livre de l’année, Et je danse, aussi est un roman épistolaire très sympathique qui a su me faire rire par moments, ce qui est déjà chouette. Il y a pas mal d’ironie et les personnages révèlent leur profondeur petit à petit. Je le recommande à tous ceux et toutes celles qui ont besoin d’une lecture au calme qui met du baume au cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s