Histoires assassines de Bernard Quiriny

S’il y a un auteur contemporain qui m’émerveille à chaque lecture, c’est bien Bernard Quiriny. J’avais été ébahie en lisant Les assoiffées, un roman étonnant où il imaginait la Belgique sous domination féminine, je l’avais retrouvé avec plaisir dans Le village évanoui, un texte d’anticipation sur un petit coin d’humanité poussé à vivre en autarcie, mais je n’avais encore jamais lu de ses nouvelles, cette erreur est enfin réparée !

Histoires assassines

La première nouvelle de ce recueil vous happe instantanément et vous ne pourrez pas lâcher ce livre mordant, drôle et terriblement ironique. Un titre bleu, des caractères bleus, un liseré bleu : et si soudainement les humains se retrouvaient à Bleuir d’amour, comment cacher ses relations ô combien intimes aux yeux de la société ? Loufoque, cocasse, mais pas dénué d’intérêt : c’est cela qui est génial avec Bernard Quiriny, ces petites piques de l’imagination provoquent systématiquement en moi de plus amples réflexions. Une autre de ces nouvelles incroyables m’a fait penser à à Edgar Allan Poe : Mon corps me quitte. Frissons garantis.

Je vous tairai les autres intrigues, les autres joyaux disséminés dans ces Histoires assassines, en tous cas j’espère que vous aimez l’humour noir car vous allez être servis !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s