L’été du cyclone de Beatriz Williams

En 1931, Lily Dane est une jeune fille de bonne famille qui va croiser la route de Nick Greenwald. Sa meilleure amie, la pétillante et scandaleuse Budgie Byrne, fréquente son meilleur ami Graham Pendleton. Le lendemain du match de football américain qui les a vu se rencontrer, il ne fait aucun doute que les deux jeunes gens ont eu un véritable coup de foudre l’un pour l’autre.

En 1938 cependant, Lily Dane est toujours célibataire et passe l’été comme toutes les années précédentes dans la petite station balnéaire de Seaview à Rhode Island. Elle y vit dans la petite maison familiale, entourée des membres du club huppé qui ont toujours une opinion quant aux bonnes manières et aux convenances de leur société parfaite en apparences. Kiki, sa petite soeur, n’a que six ans : Lily s’en occupe, la plupart du temps accompagnée de sa tante la sulfureuse Julie, croqueuse d’hommes invétérée et adepte de gin-tonic tout comme sa sœur, la mère de Lily, une femme discrète.

Mais cet été, la maison de famille des Byrne laissée à l’abandon depuis des années va devenir le centre de l’attention générale. Budgie est de retour, et avec elle son riche mari : on ne parle que de leur liaison depuis des mois, en jetant des regards en coin à la délicate Lily. Le vent des retrouvailles va souffler très fort sur la petite communauté, et brasser bien plus de secrets et de scandales qu’on pouvait en espérer.

L'été du cyclone

Je vous le dis tout de suite : ce roman est tout ce qu’il y a de plus sentimental, c’est le roman parfait pour qui souhaite une ambiance romantique et torturée avec son lot de secrets, de suspense et de belles phrases d’amour. Il est aussi rapidement addictif, les chapitres alternant 1931-2 et 1938 dans des aller-retours bien dosés. Le style ampoulé sert une narration bien ficelée et une intrigue que j’ai devinée assez facilement, mais qui a le goût de mettre en avant les sentiments et la complexité des personnages. C’est aussi un texte prenant pour qui s’intéresse aux mœurs américaines dans les années 1930, à une époque où la société se refaçonne et où un courant de pensée plus moderne essaie de faire sa place aux côtés des exigences des classes huppées. Au niveau politique, de nombreux bouleversements sont en marche et vont également changer la donne pour nombre de ces familles qu’on considérait comme des modèles et qui vont voir leur fortune s’effondrer.

La place des femmes est également à un tournant. Il y a celles qu’on met sur un piédestal, celles qui sont issues de bonne famille mais qui ont des propos et des attitudes jugées dégradantes. Le scandale semble être partout, causé par deux personnes mais souvent reproché aux femmes essentiellement, qui se jugent plus durement entre elles. Et ce n’est pas aux hommes qu’on demande d’être vierge à leur mariage…

En 1931, Lily a la vingtaine et n’a jamais eu à craindre pour sa respectabilité. A côté d’elle, Budgie s’en donne à cœur joie même si elle continue de fréquenter les mêmes cercles. Difficile de comprendre pourquoi on reprocherait plus à l’une qu’à l’autre ses écarts de conduite ! Plus tu es vertueuse, plus tu dois l’être, les temps ont changés… mais peut-être pas tant que cela, cet extrait m’a fait sourire, me rappelant une conversation avec une amie européenne partie en Amérique et qui a eu affaire à un raisonnement similaire :

– [un personnage féminin :] Pourquoi ne pas avoir simplement couché avec moi et avisé ensuite ?
– [un personnage masculin :] Parce que ce sont deux choses très différentes. Parce qu’on ne couche pas avec la fille qu’on a l’intention d’épouser.

p.183 ed. Belfond

Avec cette phrase, on se rend compte que le pouvoir de choisir appartient uniquement à l’homme. Et que celui-ci a un raisonnement franchement loufoque, mais passons. En 1931, c’était à lui que revenait la décision finale du mariage. Espérons qu’aujourd’hui les consciences aient changé et qu’hommes et femmes soient sur un pied d’égalité, comme le dessinent les dialogues entre Lily et le si parfait Nick.

Pour résumer L’été du cyclone en quelques mots : un mélodrame efficace où l’amour, la morale et l’espoir peuvent vous faire passer un bon moment de détente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s